FOOTBALL : LA CHRONIQUE DE MAMADOU KASSE JOURNALISTE SUR SENESPORT.INFO : Les Lions face à leur destin.

FOOT MAMADOU KASSE JOURNALISTE A21 fautes intentionnelles et grossières. C’est le triste record battu par les Fennecs d’Algérie face aux Lions dans un match où ils n’étaient pas simplement venus pour gagner mais pour abattre le Sénégal.

A y voir de plus près, le dernier match de poule de l’Algérie aura révélé une agressivité qui devrait nous édifier sur la mentalité des équipes maghrébines quand elles se savent désarmées techniquement et tactiquement. Sur ce registre de la violence gratuite, les Algériens ne sont pas les premiers. De façon générale, tous les matchs du Sénégal contre les équipes maghrébines sont toujours ponctués de fautes et d’agressions systématiques sur les Lions.

A défaut de battre les sénégalais, il fallait coûte que coûte les abattre pour leur faire perdre leurs qualités offensives. Sinon comment comprendre toutes les fautes commises sous les yeux d’un arbitre manifestement dépassé par les évènements et le comportement antisportif des Algériens ?  Comment expliquer qu’une équipe puisse commettre autant de fautes sans être sanctionnée par celui qui est sensé veiller sur l’intégrité physique des joueurs ?

Aliou Cissé, le coach des Lions a assurément été bien inspiré de reposer son onze majeur devant des Fennecs devenus subitement des gladiateurs foulant au pied les principes du fair-play, de la sportivité. On se demande encore à quel traitement auraient eu droit Sadio Mané, Diao Baldé, Mame Birame Diouf, Henri Saivet, Cheikhou Kouyaté et autres s’ils devaient jouer ce match couperet. Quel serait le sort de cette équipe au sortir d’une telle rencontre et son destin pour la suite de la compétition ?

Les Algériens attendaient l’équipe des Lions avec l’intention secrète de leur faire la fête. Leur plan a été déjoué par le classement inattendu d’Aliou Cissé qui a pris le risque calculé de faire confiance à son banc de touche. Changer toute une équipe à ce stade de la compétition en misant sur les jeunes qui n’avaient pas encore eu l’occasion de fouler le gazon de Franceville, il fallait le faire. Les Fennecs sans doute frustrés de ne pas avoir en face d’eux les ténors se sont défoncés sur des jeunes dont la Can 2017 est l’une des premières expériences africaines. Le traitement infligé à Ismaïla Sarr, Saliou Ciss, Pape Kouly Diop, Moussa Konaté, Pape Alioune Ndiaye….leur a sans doute fait découvrir les réalités d’un football africain ou agressivité et engagement riment souvent avec agression et violence.  Sous ce rapport, le football africain a encore beaucoup à apprendre de l’Europe tant en terme de tenue des joueurs qu’en terme de comportement des arbitres.

Le mérite d’Aliou Cissé c’est de ne jamais douter sur la stratégie mise en œuvre, sur le choix de ses joueurs et sur son option technico-tactique. Il l’a démontré tout au long de la partie en positionnant des joueurs comme Cheikh Ndoye, Ismaïla Sarr, à des postes auxquels ils n’étaient pas habitués. Et en prenant le soin de rester assis sur son banc pour éviter de mettre trop de pression sur ses joueurs.

Mieux, le jeune Ismaïla Sarr, par des départs en trombe et ses raids solitaires aura mis la défense algérienne dans tous ses états l’obligeant à rester dans ses bases. Alternant le pressing tout terrain et le regroupement défensif en fonction des temps forts et des temps faibles, les Lions ont ainsi prouvé qu’ils savaient jouer sur tous les registres. C’est dire que Aliou Cissé a su mener un coaching gagnant avec des joueurs qui en voulaient et qui ont prouvé par leur engagement qu’ils peuvent bien assurer la relève.

C’est en cela que l’équipe sénégalaise nous semble prête à affronter n’importe quel adversaire, fut-il le Cameroun qu’il a d’ailleurs battu lors des dernières rencontres. Les Camerounais arrivent à la Can dans une ambiance loin d’être des plus sereines. Le forfait de certains titulaires et le début assez laborieux des Lions indomptables marqués par deux nuls face au Burkina Faso et au Gabon et une victoire à l’arraché devant la Guinée Bissau incite à croire qu’ils n’ont pas encore atteint le niveau de leurs devanciers. Toutefois, Les Lions doivent considérer ce match comme l’un des plus importants de ce tournoi car devant les propulser vers une demi-finale voire une finale répondant au mieux à leur classement de première équipe africaine de football du moment.  Plus que jamais, les Lions font ainsi face à leur destin.

Mieux encore, le match contre le Cameroun se situe au lendemain de l’élimination du Gabon par cette même équipe, ce qui ne plaira certainement pas au public gabonais qui risque de le lui faire comprendre en supportant les Lions. Un tel scénario ne déplairait pas à Aliou Cissé et à ses poulains.

 

Partager sur les Reseaux sociaux...Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone