LAMINE DIACK, PRESIDENT DE L’IAAF « L’Etat doit faire de la construction des infrastructures sportives une priorité »

By
Updated: January 17, 2013

SENESPORT.INFO, M.D : Lamine Diack, président de l’Iaaf a profité de la présentation des vœux de nouvel an 2013 à la presse sportive pour  exhorter les autorités à faire, la construction des infrastructures sportives, une priorité.

Face à la presse ce mercredi, au stade Léopold Sédar Senghor, le patron de l’Iaaf, Lamine Diack a déploré le déficit d’infrastructures sportives de qualité au Sénégal. En dehors du stade Léopold Sédar Senghor qui vient d’être suspendu par la Confédération africaine de football (Caf), suite aux incidents survenus lors du match « retour » des éliminatoires de la Coupe d’Afrique nations Sénégal-Côte d’Ivoire, aujourd’hui, le Sénégal n’est pas en mesure d’abriter le match des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 Sénégal-Angola, prévu le mois de mars prochain. « C’est très malheureux de voir notre pays  disposer que d’un stade qui, aujourd’hui n’est pas fonctionnel et encore qu’il est suspendu. Et pourtant lors de la Coupe d’Afrique des nations de football Sénégal 1992 notre pays disposait de deux stades fonctionnels, Léopold Sédar Senghor et Aline Sitoé Diatta. Aujourd’hui le constat est unanime et on a qu’un seul stade. L’année dernière je suis allé au stade Aline Sitoé Diatta on ne pouvait même s’asseoir sur les gradins de la tribune découverte qui était dans un état de délabrement très avancé. Ce qui prouve que les autorités n’ont pas eu cette volonté politique pour construire d’autres stades dans le pays », a fustigé le président de l’Iaaf, Lamine Diack.

« Les infrastructures sont une priorité mais aussi un projet de développement. Tous les pays qui ont eu à organiser des compétitions de coupe d’Afrique de football en ont fait des projets de développement », a expliqué Lamine Diack qui prend l’exemple sur le Mali qui dispose aujourd’hui de plusieurs stades pouvant abriter de grandes compétitions. « Aujourd’hui il est tant d’avoir des infrastructures sportives de qualité répondant aux normes internationales. La construction de nouvelles infrastructures sportives doit être une mission, une priorité pour le nouveau régime de Macky Sall. Ce dernier avait tenu cette promesse lors de la campagne électorale et je crois qu’il est dans les dispositions pour doter le pays d’infrastructures sportives adéquates. S’il arrive à tenir sa promesse, le déficit peut être résorbé », a poursuivi le président Lamine Diack dont l’instance internationale l’Iaaf vient de fêter son centenaire à Barcelone (Espagne) le mois de novembre dernier.

Evoquant le match Sénégal-Angola de mars prochain, le patron de l’athlétisme mondial de soutenir. « A cette période les autorités et les fédéraux devaient savoir où jouer depuis très longtemps. Nous savons que Léopold Sédar Senghor est suspendu, les responsables du football auraient pu choisir le pays d’accueil des ‘’Lions’’. Je pense que la Gambie présente des atouts non négligeables pour l’équipe nationale. Il y a plus 25 000 sénégalais qui vivent en Gambie et ils peuvent remplir le stade de Bakau. Sans compter les régions frontalières comme Kaolack, Ziguinchor, Sédhiou et Kolda où nos compatriotes peuvent s’y rendre pour soutenir les ‘’Lions’’, a rappelé, l’ancien sauteur en longueur des années  d’avant indépendance.

 

 

You must be logged in to post a comment Login